France Marc-Martin
33 Rue De Belfort 33000  Bordeaux
 / 
N°TVA : 36521779207

Nutrithérapie et fertilité
31/03/2017

 

Nutrithérapie et fertilité

L’infertilité est devenue un phénomène de société grandissant aussi bien chez les femmes que chez les hommes.

Dans bien des cas, il faut suspecter des problèmes de syndrome des ovaires polykystiques, d’endométriose, d’hypothyroïdie, d’hyper-homocystéinémie ou des carences en nutriments souvent liés à un intestin poreux (leaky gut syndrome) source d’inflammation chronique de bas grade, d’intolérances alimentaires, de dysbiose et de stress oxydant .

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) associe une perturbation du fonctionnement normal des ovaires à des anomalies métaboliques.
Aucune cause exacte n'a encore été déterminée mais certains chercheurs pensent que le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) peut être dû à une résistance à l'insuline.

L’endométriose est une maladie chronique inflammatoire dans laquelle interviennent de nombreux  gênes  et qui se manifeste par des poussées aigues. Les cellules  prolifèrent et peuvent pas être supprimées. Il existe un lien entre stress oxydant, inflammation chronique et prolifération cellulaire.

Le fonctionnement thyroïdien 

Il est exploré lors des bilans sanguins mais seules les fonctionnements pathologiques , hypothyroïdie ou hyperthyroïdie sont pris en compte . Dans les insuffisances fonctionnelles thyroïdiennes, dues à un déficit en iode ou en sélénium, la TSH est normale ou subnormale.

Mais si  l’iode et le sélénium sont oubliés dans l’exploration d’une infertilité, un déficit peut entrainer une hypofertilité , masculine et féminine,  ainsi qu’une augmentation du risque de fausse couche.

Hyper-homocystéinémie

L’homocystéine est le marqueur de la méthylation. Son taux sanguin doit être inférieur à 7 pour une méthylation optimale.

La méthylation de l’ ADN à des rôles majeurs sur la fertilité. L’hypo-méthylation est associé à des perturbations des spermatozoïdes, à un taux de fécondation bas. Des hauts niveaux d'homocystéine peuvent provoquer une fausse couche et des complications lors de la grossesse, comme la pré-éclampsie et le décollement placentaire.

Une hypo-méthylation est corrélé à un taux bas de magnésium et des vitamines B6, B9,B12    

L’inflammation de bas grade et son corolaire la résistance à l’insuline, qui peut se manifester bien avant la perturbation de la glycémie à jeun , est très fréquente chez les personnes en surpoids, et entraine des dysfonctions cellulaires pouvant conduire à des avortements spontanés et des perturbations importantes dans le déroulement de la grossesse

Ces paramètres se mesurent par la CRP ultrasensible et les tests de HOMA et QUIKI

Carence en nutriments et vitamines

La vitamine B9 ( Acide folique) est indispensable pour les hommes et pour les femmes. L'acide folique est un élément essentiel pour la production du matériel génétique (ADN et ARN) dans l’ovule et le sperme.

L'acide folique évitera des déformations du cerveau ou de la moelle épinière, comme par exemple le spina bifida. Le spina bifida arrive lorsque le tube (système nerveux central) qui se développe ne se ferme pas complètement.

La vitamine D est essentielle, car elle intervient dans la formation des hormones sexuelles,  un processus appelé la stéroïdogenèse. Elle contribue à la production d'œstrogènes et àla stimulation de la progestérone, régule les menstruations, et améliore la viabilité des spermatozoïdes.

Les récepteurs de la vitamine D sont d’une très grande importance dans de nombreux organes féminins comme l'ovaire, le placenta et l'utérus. Dans le système de reproduction féminin, la forme active (calcitriol) de la vitamine D contrôle les gènes impliqués dans la production d’œstrogènes, peu avant l'implantation de l'embryon dans la cavité utérine.

De faibles réserves en vitamine D peuvent également être associées à d'autres complications de la grossesse comme l'hypertension et le diabète gestationnel.

La vitamine C est un antioxydant essentiel aux hommes et aux femmes qui veulent devenir parents. Chez les femmes, cette vitamine augmente les taux d’hormones et aide à régulariser les menstruations.

Des études ont également prouvé que la prise de vitamine C était efficace dans la stimulation de la fertilité.

D’après une étude publiée dans « Le Journal de la Fertilité et de la Stérilité », la vitamine C contribuerait à améliorer la qualité du sperme et empêcherait la dégradation de l'ADN contenu dans le sperme.

Le stress oxydatif est un des plus grands facteurs de risque à la fois pour la fertilité masculine et féminine. La vitamine C, en raison de ses effets antioxydants, peut éviter la diminution de la qualité des ovules et du sperme.

La vitamine E

Le nom chimique de la vitamine E est l'alpha-tocophérol, qui est une combinaison de deux mots grecs : toco signifie progéniture et phero signifie porter.

Les hommes ayant des problèmes de fertilité ont souvent un faible niveau de vitamine E. La mauvaise qualité du sperme est un des plus grands facteurs de risque de fausse couche, de la diminution des taux de fertilisation et d'avortement spontané. La vitamine E intervient en améliorant la qualité du sperme.

Les résultats de la plupart des recherches ont lié la vitamine E avec la fertilité masculine, mais cela ne signifie pas qu'elle est inutile pour les femmes. Chez les femmes, la vitamine E rend l'environnement de la muqueuse cervicale favorable à la survie des spermatozoïdes. De plus, les chercheurs ont également lié la consommation de vitamine E avec une meilleure régularité du cycle menstruel et de plus grandes chances de fécondation et de conception.

La vitamine E est un antioxydant qui empêche les dégradations des cellules suite à un stress oxydatif.Les hommes ayant consommé de la vitamine E avant une FIV (fécondation in vitro) ont montré une augmentation des taux de fertilisation, allant de 19% à 29%.

Une dose de 15 milligrammes par jour peut être utile aux femmes faisant face à un avortement spontané dû à la rupture de sac amniotique.

La vitamine B6 aide dans le processus de fertilisation, car elle augmente la durée de la phase lutéale lors de la menstruation. Dans la phase lutéale, l'utérus devient réceptif à la fertilisation et dans l'implantation d'embryons. En outre, la vitamine B6 assure la régularité de vos cycles menstruels.

La carence en vitamine B6 entraîne des problèmes pour les hommes et les femmes, en augmentant les risques de dégradation des spermatozoïdes et des ovules.

La vitamine B12  assure des hormones sexuelles équilibrées et de qualité. En outre, des niveaux de vitamine B12 optimaux pourraient vous éviter l’anovulation et l'infertilité masculine, comme le montrent de nombreuses études. Chez les hommes, un taux suffisant de cette vitamine fera en sorte de conserver des spermatozoïdes nombreux et fonctionnels.

Chez les femmes, une consommation régulière et quotidienne de vitamine B12 pourrait optimiser les cycles menstruels, épaissir l'endomètre et favoriser l'ovulation.

Top