France Marc-Martin
33 Rue De Belfort 33000  Bordeaux
 / 
N°TVA : 36521779207

Les solutions pour adultes et enfants surdoués

France Marc-Martin, spécialisée dans la prise en charge d'adultes et d'enfants surdoués à Bordeaux, les accueille en cabinet pour des séances où ils pourront s'exprimer librement et retrouver un réel bien-être. N'hésitez pas à prendre contact avec votre ostéopathe pour plus d’informations ou pour prendre rendez-vous.

Les solutions pour adultes et enfants surdoués
 

Comprendre une personne surdouée

Quelle formulation choisir ? Enfant intellectuellement précoce, surdoué, à haut potentiel ? « Différents termes sont utilisés afin de décrire la population d’individus hors norme. Ceux-ci recouvrent différentes connotations et concepts théoriques. La grande variété des appellations reflète la difficulté à fournir une définition acceptée par tous », Stéphanie Bénard dans « Être adulte à haut potentiel », Tikinagan.

L’enfant intellectuellement précoce serait un enfant intellectuellement en avance sur son âge. Ce n’est pas le fait d’être en avance sur les autres qui le caractérise, mais ses particularités de fonctionnement intellectuel et son mode de pensée différents.

Le terme de surdoué n’est pas très adapté non plus car sa construction étymologique renferme l’idée de supériorité. Le terme de surdoué est la traduction du terme anglo-saxon supergifted. Au Canada, on parle de douance, d’autres emploient le terme de « haut potentiel » qui met en avant la concrétisation ou non de ce potentiel.

Quelle solution ? La plus simple consiste à accepter les différences et à les nommer avec le plus de clarté possible. Un mot a pour vocation première la communication avec autrui mais chacun doit comprendre ce qu’il y a derrière ce mot.

Une personne surdouée, intellectuellement précoce, à haut potentiel est dotée d'une pensée en arborescence, d'une intuitivité et d’une hypersensibilité qui peuvent très vite devenir gênantes voire envahissantes. Une manière de penser différente et une sollicitation privilégiée de l’hémisphère cérébral droit. Ce qui signe avant tout le surdouement, c’est la fulgurance de la pensée.

"Ces enfants ont la faculté d’établir rapidement des liens entre diverses informations, d’en associer des éléments, et de faire des raisonnements analogiques poussés." Olivier Revol, pédopsychiatre.
"L'enfant surdoué possède une intelligence qualitativement différente, il active de façon privilégiée son cerveau droit, alors que les compétences du cerveau gauche sont plus en phase avec les apprentissages scolaires." Jeanne Siaud-Facchin, psychologue clinicienne.

Chacun des hémisphères comporte des zones spécifiques qui interviennent différemment dans l’activité cognitive. Lorsque nous traitons une information le cerveau droit et gauche n’ont pas la même fonction.

Comprendre une personne surdouée
Hémisphère cérébral gauche Hémisphère cérébral droit

Perception temporelle

Perception spatiale

Traitement séquentiel, élément par élément
détail Traitement qui demande du temps

Traitement simultané
Traitement global
qui donne le sens, Traitement rapide, fulgurant

Traitement auditif, mots
Langage, écriture

Traitement visuel, en image,
en symbole

Fonctionnement analytique

Fonctionnement analogique

Évaluation des stratégies

Évaluation des possibilités
et prises de risques

Raisonnement, justification, explication

Intuition

Rationalisation, pensée argumentée logique

Créativité, pensée divergente, arborescente

Pratique

Imagination, invention

Les caractéristiques du fonctionnement intellectuel de l’enfant surdoué plaident en faveur d’une dominance de l’hémisphère droit.

Selon les psychologues spécialisés, lorsque le test de QI est supérieur ou égal à 125 - 130 sur l'échelle de Weschler, le système de pensée bascule sur un mode de pensée en arborescence, alors qu’il est séquentiel pour la majorité des individus.

Le langage, le raisonnement, le développement logico-mathématique, l’expression écrite supposent une bonne gestion des fonctions analytiques et séquentielles.
 
Lorsque l’on exprime des mots à l’oral ou à l’écrit, ce sont les compétences séquentielles du cerveau gauche qui sont sollicitées.
 
Il est nécessaire d’associer toutes les données les unes aux autres dans une chaîne dont l’association progressive des éléments donnera la compréhension finale.
 
L’hémisphère droit est sollicité dans les tâches non verbales : il traite les données sur un mode visuo-spatial. Ce sont les processus simultanés qui interviennent dans le traitement de l’information. Les données sont appréhendées dans leur globalité. Toutes les informations sont traitées simultanément et c’est l’approche globale qui donne le sens.

Le cerveau droit donne la priorité au « sens »

« Pourquoi ? », « A quoi ça sert ? », « Oui mais pourquoi ? » L’enfant surdoué a besoin de tout comprendre. Il enchaîne les questions sans fin. Une réponse appelle toujours une autre question. L’enfant rebondit sur la réponse et cherche à aller plus loin dans son besoin de « sens ».

La quête de sens est au centre de son activité intellectuelle et le moteur de sa pensée. Tout doit avoir un sens.

Le cerveau droit est le siège de l’intuition. Quand il est activé de façon dominante, des intuitions fulgurantes surgissent. L’intuition est une source de compréhension du monde et de connaissances d’une grande richesse mais le plus souvent difficilement explicable. Il est même parfois impossible d’avoir la conscience des différentes étapes qui conduisent à cette compréhension. Le cerveau droit ne permet pas de fournir preuves et démonstrations.
Ex : intuition mathématique : le résultat apparaît à l’enfant évident mais il ne peut justifier son résultat ni apporter la preuve de son raisonnement.

Les scientifiques définissent l’intuition comme une forme d’intelligence inconsciente apte à résoudre un certain nombre de problèmes de manière inédite par un certain nombre de connexions fulgurantes entre l’ensemble des savoirs implicites et inconscients que l’on a pu accumuler au cours des apprentissages et expériences acquises.

Le traitement par le cerveau gauche permet la communication avec les autres. L’enfant surdoué est pénalisé par cette incapacité à expliquer ses procédures auxquelles lui-même n’a pas accès. Le cerveau droit est le siège de la créativité et de l’imagination, il produit la pensée en arborescence.

Elle est définie par 4 types de critères :

  • La fluidité : capacité à pouvoir mobiliser, face à un problème donné, une multitude de réponses
  • La flexibilité : consiste à piocher dans différentes catégories des répertoires éloignés permettant d’augmenter la faculté d’adaptation à une situation
  • L’élaboration qui permet d’enrichir son information de manière efficace
  • L’originalité : associer de manière originale voir déconcertante des comportements par rapport à la consigne ou à l'énoncé. L’enfant part dans ses idées et oublie ce qui lui a été demandé.

La pensée en arborescence conduit à des réponses hors sujet ou à des digressions imnses originales et novatrices

Ce mode de fonctionnement privilégié de l’hémisphère droit peut entraîner conflit, incompréhension, rejet et souffrance.

Une hypersensibilité et un émotionnel envahissant

« Être surdoué, c'est penser dans un système différent, c'est disposer d'une forme d'intelligence particulière. C'est aussi grandir avec une hypersensibilité, une affectivité envahissante, qui marquent la personnalité. » Jeanne Siaud-Facchin.

« L'Enfant Surdoué. L'aider à grandir, l'aider à réussir » O.Jacob.

« La deuxième différence importante réside dans leur hyperactivité émotionnelle. » Elle procède d'une vulnérabilité particulière de l'amygdale cérébrale. Un incident mineur peut ainsi déclencher une crise émotionnelle.

« Pour apaiser ces enfants, inutile de les raisonner, il faut les toucher, les contenir physiquement » Jeanne Siaud-Facchin.

La sphère émotionnelle est envahissante et infiltre toutes les facettes de son fonctionnement. L’enfant surdoué est un enfant d’une émotivité telle qu’il est amené à mettre en place des stratégies et des mécanismes de défense pour s’en protéger.

L’hypersensibilité

Elle s’observe chez tous les enfants surdoués. Elle sera plus ou moins perceptible selon les stratégies mises en place par l’enfant. Cette hypersensibilité est un atout mais aussi une source de souffrances et de blessures affectives.

Ses organes des sens sont très performants. L’enfant surdoué voit les détails avec une précision étonnante. Il entend des sons sur des fréquences très larges et peut écouter plusieurs sources sonores simultanément. Il est capable de récolter en même temps des informations diverses en provenance de sources multiples. La réactivité tactile est très élevée. Toucher les objets est une source de renseignements qui complètent sa compréhension du monde.

Tout ressentir et tout le temps. Il existe une exacerbation des sens nommée hyperesthésie qui élargit sa perception du monde et exalte sa sensibilité.

Cette information sensorielle est traitée par le cerveau avec une très grande rapidité. Par conséquent ses émotions sont elles aussi exacerbées. L’enfant surdoué réagit à son environnement avec une intensité qui peut paraître excessive. Ses sentiments sont absolus et d’une forte intensité. Quand il aime, c’est de façon absolue et intense. Lorsqu’il est blessé, la blessure reste ouverte longtemps car il cherche à comprendre la raison de l’agressivité de l’autre. Il en résulte une susceptibilité parfois extrême difficile à vivre pour les autres. Tout le touche et souvent le blesse. Une réflexion anodine peut déclencher des réactions émotionnelles impulsives, violentes, spectaculaires difficiles à comprendre pour l’entourage.

Le sens de la justice

Il est particulièrement sensible à l’injustice. La perception aiguisée de ce qui se passe autour de lui l’amène à saisir des situations dont l’analyse le conduit à percevoir la moindre injustice le concernant et concernant les autres.

La recherche de la vérité est une nécessité absolue, même s’il doit se mettre dans une situation difficile et se faire punir ou mal juger par son entourage.

Les peurs

L’enfant surdoué est fréquemment un enfant qui a peur. L’activité émotionnelle permanente engendre des peurs diverses et souvent intenses. Ses peurs sont liées à ses perceptions toujours à l’affût. Il est toujours en état d’hyper-vigilance par rapport à ce qui se passe autour de lui. Il est rarement serein. Il épuise une grande part de son énergie à être en permanence en alerte.

Les peurs internes

Les empreintes émotionnelles laissent des traces au niveau du corps. Provenant de toutes les expériences sensorielles vécues avec intensité depuis la naissance, voire in utéro. Elles peuvent être de simples traces émotionnelles mais aussi des morceaux de vie qui ont conservé leur vivacité. Les souvenirs de ces expériences gardent une charge émotionnelle intense et un poids affectif important.

Le monde de l’enfant surdoué est peuplé d’une mosaïque de perceptions, sensations, émotions qui s’entrecroisent et se superposent.

Chaque nouvelle expérience émotionnelle est vécue, en résonance avec ce bouillonnement émotionnel intense.

Dans le cas de résonances négatives ou douloureuses, l’enfant surdoué est à la merci de résurgence de souvenirs émotionnels qui vont exacerber ses ressentis lors de nouvelles expériences.

Telle des « éponges émotionnelles, il sera de plus en plus sensible et de plus en plus réactif pouvant déclencher chez lui des peurs incontrôlées ou phobies.

L‘enfant surdoué a souvent un sentiment de « solitude émotionnelle » car il ne comprend pas que tout ce qu’il ressent ne soit pas partagé et partageable avec les autres. Il se sent petit à petit différent des autres, voire bizarre ou anormal. Le « doute sur soi » et le manque de confiance en lui finissent par l’accompagner dans ses expériences.

L’empathie

Ce terme très employé par les psychologues définit la capacité à ressentir l’état émotionnel de l’autre. L’empathie permet de s’ajuster à l’autre et de communiquer de façon sincère. L’enfant surdoué ressent facilement l’état émotionnel de l’autre et y réagit spontanément. Il lui arrive alors de réagir à ce qu’il anticipe de l’autre sans que la personne concernée et l’entourage ne comprennent le sens de sa réaction. Ce qui n’est pas toujours bien vécu par l’autre et par l’entourage.

Une des conséquences les plus lourdes est l’anticipation anxieuse.

La lucidité

L’enfant surdoué porte sur le monde un regard d’une grande lucidité. Cette lucidité empêche toute forme de « lâcher prise ». Il est donc toujours en état d’alerte. L’hyper-vigilance émotionnelle associée à une analyse constante des choses est un processus épuisant pour les ressources psychiques. Sa lucidité sur ce qui l’entoure est source d’inquiétudes.

Les mécanismes de défense

Pour contrôler cette hyperactivité émotionnelle, l’enfant surdoué met en place plusieurs mécanismes de défense.

L’intellectualisation des émotions. Pour se protéger et neutraliser la force des émotions. Il intellectualise tout. Il se construit un mur et essaye de ne rien ressentir au risque de fragiliser sa personnalité et d’entraîner des comportements compulsifs, (tics, tocs), des somatisations récurrentes, des problèmes relationnels.

« Pour contrôler toute émergence émotionnelle, pour neutraliser la force de l’affectif, il met en place un mécanisme de défense spécifique que j’appelle : défense par la cognition. Cela signifie que l’enfant va faire passer par l’intellectuel, par la logique, par le raisonnement, par l’explication rationnelle toute donnée émotionnelle (…) » Jeanne Siaud-Facchin.

L’humour

Champion de l’humour mais la réciproque n’est pas vraie. Il supporte mal le moindre humour à son égard, prend les mots au pied de la lettre, peut rapidement se vexer et devenir très susceptible.

La création d’un monde interne

L’enfant surdoué se crée un monde imaginaire interne pour se protéger. Monde construit sur les bases de la réalité mais avec ses lois, ses règles, des rapports humains qui sont ceux auxquels l’enfant aspire.

Les principaux signes d’appels du surdouement

Les signes d’appels doivent être identifiés le plus rapidement possible et sont souvent les premiers révélateurs d’un surdouement jusque-là méconnu.

Ces signes sont fréquemment concomitants :

  • Les troubles du sommeil, que ce soit difficultés d’endormissement, éveils nocturnes, cauchemars.
  • L’opposition avec des crises de colère et lorsque l’enfant sait s’exprimer verbalement une argumentation structurée et perturbante pour l’entourage.
  • L’instabilité psychomotrice, l’enfant ne tient pas en place et à besoin de bouger ou de manipuler quelque chose.
  • L’anxiété, que l’on nomme souvent anxiété flottante car toujours plus ou moins présente.
  • Les troubles de l’humeur du fait de l’hypersensibilité toujours présente.
  • Les spécificités du traitement des informations qui entraînent, en outre, au niveau scolaire des notes en dents de scie et des difficultés face à l’effort lorsque l’enfant ‘n’aime pas’ la matière ou l’enseignant.

Que deviennent les enfants surdoués, une fois adultes ?

Des adultes surdoués qui seront toujours dotés d’une curiosité insatiable, d’un questionnement sur tout parfois obsédant, d’une hypersensibilité toujours envahissante et d’un mode de pensée arborescent tout autant présent.

Qu'ils aient été détectés ou non, ces particularités de fonctionnement vont influencer leur vie dans tous ses aspects. Ils seront confrontés à des choix dans lesquels leur haut potentiel va jouer un rôle prépondérant. Leurs parcours sont rarement simples et rectilignes.

Pour certains, ce haut potentiel sera source de créativité et de réussite, pour d’autres d’incompréhension et de souffrance.

Beaucoup d’adultes surdoués ont une sensation d’être inadaptés, ne se trouvent nulle part à leur place, luttent pour canaliser leurs émotions et continuent à vivre avec les stratégies de défense mises en place depuis l’enfance. Cet état d’alerte presque permanent provoque une libération d’hormones, principalement du cortisol, qui épuise le psychisme et le corps.

Stéphanie Bénard explique :
« (…) les surdoués ont une sensibilité exacerbée. Un grand nombre tente au quotidien de retenir l’expression de leurs affects débordants. Ces personnes seront plus facilement sujettes aux troubles psychosomatiques. » (…) « Certains surdoués, pour lutter contre leurs angoisses envahissantes vont mettre en exergue leurs compétences intellectuelles. Le surinvestissement intellectuel est un mécanisme de défense qui permet de nier un émotionnel bouillonnant. »

Au risque de refouler toutes ces émotions contenues au niveau du corps et d’augmenter les troubles psychosomatiques.

Pourquoi consulter un ostéopathe biokinergiste ?

La synergie d’une explication sur ce mode de fonctionnement et un traitement somato-émotionnel par la biokinergie contribuent à obtenir un soulagement global psychique et physique.

Les situations décrites ci-dessous pourront vous orienter pour consulter :

  • Vous (ou votre enfant) avez besoin d’avoir des explications sur ce fonctionnement, sur ces conséquences au niveau relationnel, émotionnel, scolaire ou professionnel.
  • Vous souhaitez diminuer votre seuil de réactivité et ses manifestations psycho-somatiques, baisser votre niveau d’anxiété avant de passer un test de QI, un examen, une évaluation, un entretien ou toute situation anxiogène.
  • Vous (ou votre enfant) bénéficiez d’une prise en charge psychologique concernant le surdouement et vous souhaitez la compléter par un traitement somato-émotionnel par la Biokinergie.
  • Vous (ou votre enfant) êtes concerné par le surdouement et vous désirez maintenir un équilibre psycho-corporel en évacuant régulièrement les empreintes émotionnelles dues à l’hypersensibilité du système émotionnel.

Ostéopathe formée à la nutrithérapie, France Marc-Martin reçoit enfants et adultes dans son cabinet à Bordeaux.

Top