France Marc-Martin
33 Rue De Belfort 33000  Bordeaux
 / 
N°TVA : 36521779207

LE MUCUS, UN COMPOSANT ESSENTIEL ET INDISPENSABLE À L’INTERFACE ENTRE L’EUBIOSE ET L’INTÉGRITÉ FONCTIONNELLE DE LA MUQUEUSE INTESTINALE.
04/08/2020

« …Les individus qui manquent de ces glycanesfucosylés ont plus de risque de souffrir de dysbiose et de candidose mais aussi de développer, entre autres, un diabète de type 1, des maladies auto-immunes de l’intestin (maladie de Crohn, rectocolite ulcéro-hémorragique), des pancréatites chroniques, des cancers des muqueuses buccales… »

« …Aussi, en cas de situations pathologiques entrainant une perte exagérée de mucus (excès de sécrétion comme dans les maladies intestinales inflammatoires et/ou excès de consommation par les bactéries intestinales lors d'apport insuffisant de prébiotiques), il est impératif de procurer à l'intestin suffisamment de thréonine pour lui garantir un fonctionnement optimal… »    Vincent Castronovo 

 

L’importance du microbiote et de l’intégrité fonctionnelle de l’intestin pour une santé optimale est aujourd’hui unanimement reconnue, même si la traduction de ces notions en clinique est loin d'être généralisée et se limite aux professionnels de la santé qui s’y sont intéressés plus en détail pour pouvoir en faire bénéficier leurs patients.  En fait, ceci n’est que la concrétisation de la prédiction intuitive, mais combien juste, du père inspirateur de la médecine occidentale, Hippocrate, qui, 400 ans avant JC, avait déjà proposé que "toutes les maladies commencent au niveau des intestins".  Aujourd'hui, dysbiose et altération de la fonction de barrière intestinale, plus communément désignée "leaky gut", sont de plus en plus identifiés comme les initiateurs des maladies chroniques qui affectent un nombre toujours croissant de patients. 

La surface de l'épithélium du tractus gastro-intestinal des mammifères est revêtue d'une couche protectrice de mucus. Le mucus intestinal est un composé acellulaire à l’interface entre l’épithélium et le microbiote dont le rôle clé commence seulement à être révélé.  Il représente la première ligne de défense contre les menaces biologiques et chimiques traversant notre tube digestif. Des études récentes indiquent que le mucus intestinal constitue également un environnement favorable à un microbiote endogène bénéfique adapté à la vie en symbiose. La quantité et la qualité des couches de mucus varient tout au long du tube gastro-intestinal et sont souvent modifiées et perturbées au cours de l'apparition de la maladie. Une couche de mucus altérée dans l'intestin peut entraîner des changements dans tout l'organisme et initier des pathologies au-delà du système digestif.

Les principaux composants du mucus, responsables de ses propriétés visco-élastiques et gélifiantes sont les mucines. Il s'agit de protéines hautement glycosylées (les mucopolysaccharides) formées d'une partie central peptidique entourée d'une série de chaînes d'oligosaccharides disposés en forme d'écouvillon qui représentent entre 80 et 85% du poids de la mucine.  Elles sont constituées de galactose, de fucose, de N-acétylgalactosamine, de N‑acétyl-glucosamine et d'acide sialique; elles peuvent avoir de 2 à 20 sucres.  La partie peptidique contient de nombreuses répétitions de séquences appariées contenant une quantité importante de sérine et de thréonine auxquelles sont attachés les oligosaccharides.

La thréonine, un acide aminé essentiel, joue donc un rôle majeur pour la production de mucus fonctionnel.  Seulement 40% de la thréonine de la lumière intestinale atteint la veine porte. Une part significative de la thréonine digestive est en effet consommée par l'intestin lui-même

Une supplémentation en thréonine et en fucosyl-lactose permet de soutenir les fonctions physiologiques du mucus afin de favoriser le développement (site d’ancrage & substrat) d’un microbiote eubiotique.

Elle peut dès lors être envisagée chez tous les patients manifestant des infections chroniques vaginales ou du tractus urinaire, des candidoses récidivantes mais également des maladies autoimmunes comme la maladie de Crohn par exemple et qui ne répondent pas ou pas de manière satisfaisante à la prise en charge classique par des probiotiques.

Il peut être intéressant chez ces patients d’envisager un bilan FUT2.  En effet, il existe deux variants polymorphogéniques connus du gène FUT2 dans la population humaine qui conduisent à une inactivation de l’enzyme α1,2 fucosyltransférase avec comme conséquence la non sécrétion des glycanes fucosylés.  Les individus qui ont hérité de deux gènes FUT2 inactifs (homozygotes récessifs), sont désignés non sécréteurs.  Ce cas de figure touche, comme dit précédemment, 20 % de la population humaine.

Le dépistage des polymorphismes de ces deux variants du gène FUT 2 se fait par une technique de biologie moléculaire à partir de l’ADN du patient obtenu soit à partir d’un frottis de la muqueuse buccale ou d’un échantillon de sang.  L’analyse est spécifique et ne doit se faire qu’une fois (un peu comme le groupe sanguin).

Le statut non sécréteur peut tout particulièrement bénéficier de la supplémentation de fucosyl-lactose qui permet de pallier à la non-fonctionnalité de l’enzyme

 

Top
Réglage des paramètres de cookies

Chers utilisateurs, ce site stocke les cookies sur votre ordinateur. Ils ont pour but d'améliorer l’expérience de votre site Web, tout en vous fournissant des services plus personnalisés.

Si vous souhaitez plus d’informations sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Politique de confidentialité. En acceptant les cookies, vous consentez à leur utilisation. Vous pouvez également paramétrer ces derniers.

Si vous refusez, vos informations ne seront pas suivies, au moment de visiter ce site. Un seul cookie sera utilisé dans votre navigateur pour mémoriser votre préférence de ne pas être suivi.

  • Régler les paramètres
  • Accepter tous les cookies et continuer vers le site